Nos réalisations

Depuis le lancement des activités sur terrain, grâce à ses membres et à ses partenaires, Congo Biotropical Institute réalise des actions allant dans le sens de :

  • La conservation de la faune et de la flore sauvage près des grandes agglomérations

Plusieurs actions ont déjà été réalisées, et d’autres sont en pleine réalisation sur terrain à la réserve forestière de Kalonge (plus de 60 hectares), une forêt communautaire qui depuis 2018 est sous la cogestion de Congo Biotropical Institute. Ces actions se font en collaboration avec le groupement de Masiki-Kalonge en territoire de Beni, propriétaire traditionnel de la réserve. D’autres actions similaires sont menées à la réserve forestière de Mususa (plus de 50 hectares) en ville de Butembo, gérée conjointement entre Congo Biotropical Institute (CBI) et l’Institut Technique Agrovétérinaire (ITAV) de Butembo.

A la réserve de Kalonge et celle de Mususa, nous intervenons dans le reboisement des espaces déboisés, le sauvetage et réhabilitation de la faune sauvage, le démarquage participatif des limites, la promotion de la conservation participative et l’amélioration des conditions sociales des populations riveraines.

  • La promotion de la conservation communautaire

D’autres actions sont réalisées en territoire de Walikale (Province du Nord-Kivu) et en territoire d’Ikela (Province de la Tshuapa) où Congo Biotropical Institute collabore avec les communautés locales pour la création des Concessions Forestières des Communautés Locales (CFCL). Une démarche légalement établie par le gouvernement de la RDC permettant ainsi aux communautés locales de pouvoir intervenir dans le processus de conservation de la nature tout en exploitant une partie de leurs terres dans les domaines agricoles, industriels et autres, conformément à l’arrêté ministériel de 2016 en la matière.

Dans ces deux territoires, les activités visent à protéger les espèces menacées, entre autres les chimpanzés communs, les gorilles, les bonobos, les pangolins, les paons du Congo, les okapis, les buffles de forêt, etc…, y compris les espèces non classées ou non protégées par la liste rouge de l’UICN. Ainsi, des équipes de moniteurs forestiers, issus des communautés locales, sont mises en place et travaillent quotidiennement pour la surveillance, la localisation des groupes d’espèces animales menacées, le repérage et la destruction des éventuels pièges installés dans la zone de conservation par des chasseurs-braconniers.

  • La promotion des solutions alternatives aux produits forestiers

Les forêts tropicales communautaires sont une source de produits de première nécessité dont dépendent les populations locales pour leur survie. Afin d’intervenir dans la limitation de l’exploitation exponentielle des ressources naturelles forestières, il est impérativement nécessaire de promouvoir l’utilisation durable de ces ressources par les communautés locales : c’est ainsi que Congo Biotropical Institute octroie des solutions de substitution aux produits forestiers – y compris la viande sauvage. L’initiation à l’élevage du petit bétail et à la pisciculture sont des moyens efficaces qui permettent de réduire la pression exercée par la population locale sur la faune sauvage. Ainsi, nous offrons des couples de cobayes, des lapins ou des poules, aux ménages de communautés locales ainsi qu’un suivi médico-sanitaire-vétérinaire pour préserver leurs élevages des maladies.

Dans la même optique, nous offrons des semences de plantes médicinales et potagères aux membres des communautés locales afin de limiter les empiètements de populations locales sur les zones de conservation intégrale.

  • La recherche scientifique

Dans ce chapitre, les membres de Congo Biotropical Institute interviennent dans la recherche scientifique. Les premières recherches ont été orientées sur les gorilles de plaine de l’Est (Gorilla beringei graueri) en réalisant des études sur leur éthologie alimentaire, leurs maladies intestinales et en faisant des enquêtes ethno-médicinales mettant en relation les plantes consommées par les gorilles et l’utilisation de ces plantes en médecine traditionnelle locale.

Mais nos membres travaillent également  pour l’amélioration de l’apiculture, en exploitant des zones à forte densité de plantes médicinales, faisant que le miel, naturellement produit, puisse contenir des propriétés thérapeutiques, avantageuses pour les consommateurs. « Un miel complet », nutritif et thérapeutique en même temps !

  • La sensibilisation et l’éducation environnementale

Nous sensibilisons les membres des communautés locales, ainsi que des élèves, pour pouvoir les préparer à prendre la relève dans les années à venir.

Nos actions de sensibilisation portent sur la conservation communautaire, la lutte contre le braconnage, la lutte contre le réchauffement climatique ainsi que le développement durable et l’utilisation rationnelle des ressources naturelles.

L’éducation environnementale se concentre sur l’encadrement des élèves et les associations de jeunes dans le domaine de la foresterie, de l’écologie et de l’agroforesterie. Ainsi, nos acteurs participent aux activités pratiques, se rendent sur site lors d’apprentissages des méthodes sur  l’exploitation de leurs potentiels. Le but restant toujours d’améliorer les conditions socio-économiques des autochtones tout en intervenant dans la conservation de la nature.

A partir de juin 2022, Congo Biotropical Institute mettra en place un programme de soutien et d’encouragement des élèves qui souhaitent s’investir dans le domaine de la foresterie ou de l’environnement, de l’écologie et la conservation de la nature.

Back to top